Costa Rica

Péninsule de Osa & Corcovado

Nature, nature et encore nature! Voilà ce qu’on est venus chercher et voilà ce qu’on a trouvé sur la Péninsule de Osa. Nous avions gardé « le meilleur » pour la fin de notre voyage et c’est sans regret. Le parc national du Corcovado nous a offert la jungle à l’état pur, pour notre plus grand bonheur.

Arriver jusque sur la Péninsule de Osa, tout au Sud-Ouest du Costa Rica, ça se mérite. Après avoir traversé le pays dans toute sa longueur, nous arrivons finalement à Sierpe où se trouve le débarcadère pour se rendre en bateau jusqu’à Bahía Drake. Nous avons choisi l’option bateau en laissant notre voiture au débarcadère, car les routes menant à Bahía Drake sont apparemment en mauvais état et le trajet peut s’avérer laborieux malgré un 4×4. De plus, le trajet en bateau offre un beau paysage et est bien plus rapide. Pensez à réserver vos billets quelques jours à l’avance.

En arrivant au débarcadère, avant toute chose, on rencontre directement le capitaine qui nous explique comment ça va se passer. Puis quelqu’un nous donne le ticket de parking et l’on peut finalement aller se parquer. Il faut compter 3000 colones ou 6$ par nuit et c’est à payer au retour. En attendant le bateau, vous pouvez vous rassasier et désaltérer au petit restaurant du débarcadère qui contient également un mini-shop de souvenirs. Le trajet jusqu’à Bahía Drake dure environ une heure et est relativement calme.

L’arrivée à Bahía Drake se fait pieds dans l’eau sur la plage, généralement l’assistant du capitaine descend votre valise, no stress; nous vous conseillons cependant de limiter la quantité d’affaires à emmener, car tout ou tard vous devrez porter/tirer votre valise vous-même. Les valises étaient aussi bien protégées pendant le transport, en tout cas sur notre bateau. Il n’y a donc pas besoin d’emballer le contenu de la valise dans des sacs poubelles. 😉 En général, soit le transport est organisé par le lodge, soit par soit-même mais le lodge demande quel sera le moyen de transport. Dans notre cas, nous avons organisé nous-même le transport, car, grâce à la carte Tout Costa Rica, nous avions un rabais. Nous avons ensuite indiqué au lodge à quelle heure nous prenions le bateau à Sierpe. Le staff de notre lodge nous attendait donc à l’arrivée du bateau sur la plage et nous a accompagné jusqu’à notre bungalows en pleine nature. La chaleur et l’humidité sont étouffantes, mais il va falloir s’y faire. Malgré l’éloignement de la péninsule, il y a tout de même beaucoup de véhicules. Au village, il y a surtout des restaurants et un seul magasin de souvenirs. L’endroit n’est pas idéal pour flâner, mais il y a de jolies plages à découvrir en empruntant le sentier en direction de la plage de San Pedrillo. Un jour suffit pour découvrir le coin.

Le chemin longeant la côte passe au dessus d’une jolie rivière

Un jour supplémentaire est nécessaire pour l’excursion snorkling/plongée à l’Isla Caño. Le village d’Agujita est un bon point de départ pour cette excursion. La sortie vaut la peine, avec la possibilité de voir des tortues, requins, poissons multicolores et peut-être même des dauphins durant le trajet en bateau.

Le parc national du Corcovado

Le but de notre passage sur la Péninsule de Osa était principalement de nous rendre dans le parc national du Corcovado où nous passerons deux nuits, l’une à La Sirena et l’autre à San Pedrillo. A noter qu’il est obligatoire d’entrer dans le parc accompagné d’un guide. C’est donc après une journée d’acclimatation sur la péninsule que nous embarquons à 6h30 sur un petit bateau avec notre guide pour nous rendre jusqu’au secteur de la Sirena. Le trajet dure environ 1h et l’arrivée se fait, comme d’habitude, les pieds dans l’eau.

La Sirena

En arrivant, nous faisons une première balade pour rejoindre la station de ranger où nous allons passer la nuit; nous pouvons ainsi poser nos affaire prévues pour la nuit. Nous sommes directement immergés et croisons déjà plusieurs animaux de la jungle.

Notre guide laisse passer les groupes de touristes avant de nous emmener sur des sentiers moins fréquentés. C’est là que nous voyons le tant attendu tapir, faisant la sieste sous les buissons au bord de l’eau. Et vu sa taille, je ne suis pas mécontente qu’il soit endormi! En arrivant au bord du Río Sirena, nous nous accordons une pause pique-nique. Le lieu est paisible et l’on se croirait seul au monde. Jolie entrée en matière avec la forêt secondaire!

Un fourmilier et son marcel
Un fourmilier et son marcel

En milieu d’après-midi, nous nous lançons dans une longue randonnée dans la jungle sauvage. Nous avons notamment la chance d’observer un fourmilier et un motmot sur notre chemin. J’adore les fourmiliers, ils ont l’air de porter un marcel et se promènent l’air de rien. La plupart des touristes venant à la journée sont déjà repartis et beaucoup de guides jugent la randonnée trop longue, nous sommes donc seuls à pouvoir profiter d’un baignade rafraîchissante dans le Río Claro. Cette halte est bienvenue, la température tournant autour des 30°C et l’humidité ambiante étant proche des 100%.

Baignade dans la rivière

De retour à la station de ranger, nous suivons les conseils de notre guide et filons à la douche (froide) avant la foule et pour être les premiers à faire la queue pour le buffet du soir. Conseil judicieux, car la queue derrière nous fut longue. Après une telle journée, autant vous dire que j’ai pris triple ration de casado! Le repas fut d’autant meilleur qu’il s’est mis à pleuvoir des cordes alors que nous étions bien au sec. A 20h extinction des feux pour se réveiller à 4h45 pour une balade à l’aube histoire de bien commencer la journée. Ensuite, après un petit déjeuner copieux, nous faisons une dernière randonnée dans le secteur de La Sirena avant de reprendre le bateau pour nous rendre dans le secteur de San Pedrillo où nous passerons la deuxième nuit de notre séjour dans le parc national.

Dortoir au camp de La Sirena

San Pedrillo

Le secteur de San Pedrillo est beaucoup moins visité que La Sirena et donc beaucoup plus sauvage. Les animaux sont plus difficiles à voir, mais on est vraiment dans la jungle vraie de vraie avec la possibilité de voir un puma passer devant la tente. Parce qu’ici pas de dortoir, on dort dans une tente sur la plage, bercés par le bruit des vagues. Nous n’avons finalement pas vu le puma, mais c’est juste la bonne excuse pour pouvoir revenir un jour.

Tentes devant le camp de San Pedrillo

Lors de nos balades à San Pedrillo, nous avons tout de même croisé le chemin d’une couleuvre, de nombreux singes, de palmiers qui marchent et autres animaux et végétaux de la jungle plus incroyables les uns que les autres. Heureusement, nous n’avons pas rencontré de crocodiles lorsque nous nous sommes baignés dans le río, en-bas d’une chute. On se trouve ici dans la forêt primaire, beaucoup plus dense. Les randonnées y sont aussi plus escarpées et les sentiers moins entretenus, cela ajoute au charme de l’endroit.

Rio

Le soir, nous prenons notre douche en plein air et mangeons dans le noir, car l’autre groupe a trop traîné durant sa balade. A 19h, nous sommes tous au lit et nous endormons sans difficulté. A 4h45 le lendemain nous sommes donc prêts pour la première rando au lever du jour, où nous observons grenouilles et araignées. En attendant le petit déjeuner qui arrivera avec le premier bateau de touristes, nous nous promenons sur la plage et observons les hérons et martins-pêcheurs à l’affût des poissons.

Après nous être rassasiés, nous partons pour la dernière randonnée dans le parc national qui passe sur le terrain du lodge à côté. Le « sentier » (je crois qu’il n’y en avait pas en fait) est raide mais la vue à l’arrivée vaut le détour! Nous nous octroyons une pause bien méritée en buvant une noix de coco fraîchement cueillie par notre guide. Un vrai petit coin de paradis! Nous finissons tout de même par redescendre jusqu’à la station de ranger en passant pas la plage déserte. Nous récupérons nos affaires et reprenons le bateau pour Agujita, où nous terminerons notre séjour sur la Péninsule de Osa.

Apéro noix de coco

Infos pratiques

Embarcadère à Sierpe

  • Réservation des billets de bateau: La Picolina
  • Un casado coûte 4500 colones et un café 1000 colones.
  • Il y a des toilettes gratuites.

Nos hébergements

Mohagine

Nous vous recommandons vivement ce lodge. Nous avons dormi dans la cabina familiale avec salle de bain et avons apprécié le fait d’avoir une cuisine commune à disposition. L’endroit est entouré de nature et est très agréable. L’accueil est organisé et chaleureux, le staff parlait même français. Situé en-dehors du village, le lodge est au calme, tout en restant à une distance raisonnable du village et de la plage. Nous avons même pu laisser nos bagages en sécurité au lodge pour les 2 nuits où nous sommes allés dans le Corcovado.

Pachamama Drake

C’est hébergement tenu par un couple de français est selon nous à éviter. L’accueil y est très (trop) chaleureux, les hôtes vous racontent leur vie un peu trop en détail. Si vous aimez discuter pendant des heures, vous serez au bon endroit. Mais si vous aimez la tranquillité et un accueil local, préférez un autre logement. Le lieu est confortable, mais malheureusement difficile d’accès sans voiture. Nous avons dormi dans le tipi, original, mais humide lorsqu’il faut sortir pour aller aux toilettes sous le déluge. La nourriture est malheureusement trop française à notre goût pour un séjour au Costa Rica (crêpes, tout à l’alcool et au sucre) et pas assez rassasiante. Nous avons tout de même apprécié de voir les grenouilles aux yeux rouges se reproduisant dans le bassin à l’arrière de la maison.

Grenouille aux yeux rouges
Grenouille aux yeux rouges

Restaurants

  • Bahía Azúl: Ce restaurant sert de la cuisine ciblée pour les touristes, avec des pâtes dans de la mayonnaise. Il a été compliqué d’avoir un poulet sans sauce, qu’ils m’ont finalement facturé bien plus cher… Les assiettes sont relativement frugales.
  • El Tortugo: Le casado y est très bon. Dommage que tout soit préparé au beurre. Les assiettes ne sont pas énormément remplies, mais on repart quand même rassasié.
  • Soda Mar y Bosque: Il est très agréable de pouvoir manger à l’étage avec vue sur la mer. La nourriture y est bien préparée.
  • La reina del mar: Le casado y est délicieux. Mais attention, le riz est assaisonné au chili.

Excursion Isla del Caño

Nous avons réservé l’excursion avec La Picolina. Il ne sont pas très organisés et il est donc recommandé de passer à leur bureau au village d’Agujitas 1-2 jours avant vérifier que votre réservation a été enregistrée, même si vous avez reçu un mail de confirmation. On est au Costa Rica, il ne faut pas l’oublier.

Excursion Corcovado

Nous avons réservé notre excursion dans le Corcovado au Corcovado Info Center. Leur bureau se trouve en-haut du village et il est facile d’y passer pour finaliser l’organisation. N’hésitez pas à mentionner si vous avez des restrictions alimentaires et insister là-dessus.

Notre guide était Carlos. Il parle espagnol et anglais couramment. Il connaît très bien la jungle et sait vous emmener hors des sentiers battus et loin des groupes de touristes.

Bonne nuit San Pedrilo
Bonne nuit San Pedrilo

A prendre dans le Corcovado:

  • Gourdes: il y a de l’eau potable dans les stations de ranger pour les remplir.
  • Crème solaire, chapeau et lunettes de soleil
  • Des habits respirant et du rechange (au moins pour le soir): il fait très chaud et très humides!
  • Maillot de bain pour les baignades sauvages
  • Savon et shampoing biodégradables: pour la douche à l’air libre
  • Chaussures de marche: si possible montantes, il y a des serpents
  • Nécessaire de premiers secours: vous vous trouvez au milieu de la jungle, il n’y a absolument rien et le trajet peut-être long jusqu’au village en cas d’urgence.
  • Appareil photos et téléobjectif
  • Quelques barres de céréales en cas de coup de fringale en pleine randonnée. Il n’y a pas de distributeur au milieu de la jungle.
  • Tongues pour la douche à la station de ranger.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

seize + seize =